Les saints patrons des quatre chapitres

Saint Georges

Saint Georges a sans doute été un martyr de Palestine, vers l’an 300, mais il est sourtout connu par la légende de son combat contre le dragon. Officier de l’armée romaine, il traversa un jour une ville terrorisée par un dragon qui dévorait tous les animaux de la contrée : les habitants de la ville devaient lui livrer chaque jour deux jeunes gens tirés au sort. Le jour de son arrivée, le sort était tombé sur la fille du roi. Georges triompha du dragon et délivra la princesses. Certaines légendes disent que le dragon lui resta attaché comme un chien à son maître. Saint Georges mourut dans les persécutions de l’empereur Dioclétien. Considéré comme le modèle des chevaliers, il est le saint patron des cavaliers. Sa fête est le 23 avril.
(Gustave Moreau, Saint Georges et le dragon, 1889.)

 

 

 

Saint Jérôme 

Né en Dalmatie, saint Jérôme étudia les auteurs classiques à Rome, voyagea en Grèce et en Gaule, devint ermite, puis apprit le grec et l’hébreu à Antioche, où il fut ordonné prêtre, puis retourna à Rome et devint secrétaire du pape. Fixé ensuite à Bethléem, il consacra le reste de sa vie à traduire la Bible (c’est cette traduction qu’on appelle la Vulgate). Plein de zèle pour le service de Dieu, il avait aussi un tempérament bouillant et irascible qui lui valut bon nombre de querelles ! Il mourut en l’an 420. En tant que docteur de l’Eglise, on le représente vêtu de rouge, comme un cardinal, et accompagné d’un lion devenu son ami après qu’il lui avait retiré une épine de la patte. Sa fête est le 30 septembre.
(Jan Van Eyck, Saint Jérôme, 1442.)

 

 

 

Saint Hubert

Saint Hubert vivait à la cour de Pépin de Herstal (père de Charles Martel), et il avait épousé la fille du roi mérovingien Dagobert, dont il devint veuf. La légende raconte qu’au cours d’une chasse dans une partie reculée de la forêt des Ardennes, un vendredi saint, il poursuivit un magnifique cerf blanc qu’il ne parvenait pas à ratrapper, et qui fini par lui apparaître portant une croix entre ses bois. Il quitta alors la vie mondaine pour la vie monastique, et devint évêque de Maëstricht en 1706, évêché dont il transféra le siège à Liège. Il est le saint patron des chasseurs. Sa fête est le 3 novembre.
(Jean Brueghel et Pierre-Paul Rubens, La Vision de Saint Hubert, 1700.)

 

  

Saint André 

Né au bord du lac de Tibériade, saint André était le frère aîné de saint Pierre. D’abord disciple de saint Jean Baptiste, dont il reçut le baptême, il assista au baptême du Christ et fut le premier des douze apôtres. Après la résurrection du Christ et la Pentecôte, il partit évangéliser l’Asie mineure et la Grèce, et mourut crucifié en l’an 60. On le représente à côté d'une croix aux traverses obliques qu’on appelle la croix de saint André, ou bien avec un poisson dans les mains à cause de son métier de pêcheur. Sa fête est le 30 novembre.
(Raphaël, La Pêche miraculeuse, 1515.)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×